Ville de Charlemagne

Collectes des déchets et matières résiduelles

Collectes  Écoparc  Conseils pratiques

À la Ville de Charlemagne, nous reconnaissons l’importance de poser des gestes significatifs afin de préserver, de protéger et de mettre en valeur notre environnement. Nos pratiques en matière de gestion des matières résiduelles et des déchets n’y font pas exception. Au fil des ans, nous avons mis en place des mesures accueillies avec beaucoup d’enthousiasme par nos citoyens.

Aucune branche dans les bacs – Agrile du frêne

Depuis le 1er avril 2014, il est interdit de placer des branches, des feuilles fraîches, des rameaux, des copeaux, des billes de bois et des bûches dans vos bacs lors des collectes des matières compostables, recyclables et des ordures ménagères. La Ville procède à des collectes spéciales pour les branches. Pour en apprendre davantage sur l'agrile du frêne, lisez ce court ce court feuillet.

Visionnez le vidéo à cet effet - un bel exemple d'une mobilisation de vos élus de la grande communauté métropolitaine :

En quoi consistent les matières compostables?

Les matières compostables se divisent en deux catégories : les résidus de table (fruits, légumes, viandes, cartons souillés d’aliments, etc.) ainsi que les résidus verts (feuilles mortes, gazon, résidus de jardin, etc.). Vous pouvez consulter le tableau des matières acceptées et refusées.

 Trucs et astuces pour apprendre à composter facilement et proprement

Je ne sais pas comment trier les matières compostables des ordures ménagères. Comment saurai-je quoi faire?

Trier les matières compostables, c’est propre et facile. N'oubliez pas que les matières qui seront compostées se retrouvaient déjà dans vos déchets réguliers. L'utilisation du bac brun roulant est obligatoire. Nous vous rappelons que cet outil est fourni gratuitement par la Ville, qu’il demeure en tout temps une propriété de celle-ci et qu’il est strictement interdit de l’utiliser à d’autres fins. Pour mieux vous familiariser avec les matières compostables, nous vous invitons à lire le tableau des matières acceptées et refusées (ci-dessous).

  • Pour éviter les odeurs, vous devez utiliser des sacs compostables plutôt que de déposer les matières organiques en vrac dans le minibac ou le bac brun. Attention! Nous ne recommandons pas l'utilisation des sacs de plastique traditionnels, bien que ceux-ci n'empêcheront pas le compostage de vos matières.
  • N’hésitez pas à jeter le marc de café et le filtre dans votre compost, ceux-ci aident à neutraliser les odeurs.
  • Vous pouvez saupoudrer du bicarbonate de soude sur le compost pour vous assurer un bac sans odeurs.
  • Mettre du papier journal dans le fond de votre bac pourra aider à l’absorption des liquides et ainsi empêcher les aliments de coller sur les parois et emprisonner certaines les odeurs.
  • Nettoyez le minibac et le bac brun de temps à autre pour éviter l’accumulation de matières organiques en décomposition.
  • N’obstruez jamais les trous d’aération de votre bac roulant brun. Ils assurent la circulation d’air nécessaire à la décomposition des matières, sans odeurs nauséabondes.

D’autres conseils ? Visionnez les vidéos des EXTRAvertis :

On se le demande tous !

Pour outiller ses citoyens à un tri efficace des matières recyclables, la MRC de L’Assomption, en collaboration avec ses municipalités, dévoile la campagne de sensibilisation On se le demande tous ! Ces articles ont été rédigés dans le cadre de la campagne On se le demande tous de la MRC de L’Assomption, rendue possible grâce au financement de Tricentris.

Dépliant de la campagne

 

Le temps des Fêtes... jusque dans le bac de récup !

On se le demande tous

Nous hésitons tous avant de mettre une boîte de pizza souillée (oui, elle se récupère!) ou un pot de yogourt individuel (non, ça va à la poubelle) dans le bac de récupération, n’est-ce pas? À l’approche du temps des Fêtes, d’autres questions apparaissent sur des matières que nous voyons peu le reste de l’année. Un jouet brisé, ça se recycle? Qu’en est-il du papier d’emballage, des lumières de Noël, des guirlandes décoratives ou d’un verre à vin brisé? Un vrai casse-tête auquel répond Tricentris qui finance la campagne de la MRC de L’Assomption via de l’affichage, une campagne web et un aide-mémoire à conserver à portée de bac.

Objets longs : pas dans le bac

Nous pouvons garder en tête que les objets longs tels que les guirlandes et lumières de Noël ne vont pas dans le bac de récupération puisqu’ils risqueraient de briser les équipements de tri. De plus, ils sont composés de plusieurs matières ce qui empêche le recyclage de ces dernières.

Emballage, emballage, emballage

Ruban, papier d’emballage métallique, papier bulle : tous ces objets ne se recyclent malheureusement pas. De plus, l’achat de cadeaux en ligne, en forte croissance au Québec, augmente considérablement la quantité d’emballages à traiter. Que faire pour s’en sortir? Voici quelques astuces :

  • Refuser les sacs de plastique lors de vos achats des fêtes en trimbalant vos sacs réutilisables.
  • Réduire l’emballage en dessinant directement sur la boite de carton, en utilisant du papier journal ou un beau morceau de tissu.
  • Réutiliser les sacs-cadeaux, le papier de soie et les choux décoratifs de l’an passé.
  • Privilégier des matières recyclables comme le papier kraft, le papier de soie, les boîtes de carton ou les pots en vitre.
Quelques trucs pour un temps des Fêtes écolo

Le gaspillage alimentaire est un autre fléau du temps des fêtes. Le tiers des aliments produits dans le monde ne sont pas consommés : ce n’est ni écologique ni économique ! En ne surestimant pas la quantité de plats à cuisiner, en proposant aux invités de repartir avec une part du dessert et en faisant des provisions congelées avec les restes, on évite le gaspillage en plus d’avoir des lunchs prêts pour le mois de janvier ! Dans le cas où votre municipalité effectue la collecte des matières organiques, ce qui ne peut être rescapé va donc dans le bac brun, à quelques exceptions près.

Pour Charlotte Rousseau, du blogue Sortir les poubelles, l’échange de cadeaux est le meilleur moyen de ne pas surconsommer. « J’organise un échange de cadeaux dans ma famille et chacun pige une personne et s’y consacre, si bien que les cadeaux sont plus réfléchis. Au lieu d’acheter huit cadeaux, j’en achète un. J’y ai vraiment pensé et il est super! Tout le monde est content de cette initiative et arrive à Noël vraiment moins fatigué. »

Bref, en combinant récupération efficace, réduction à la source et réemploi, il est possible d’offrir à sa poubelle un régime minceur ! Tiens, pourquoi ne pas en faire une résolution du Nouvel An?

 

La campagne BFC

La MRC de L’Assomption lance la campagne de sensibilisation à la récupération On se le demande tous

Bien que la récupération soit une habitude bien ancrée chez les Québécois, 10% du contenu du bac n’est pas recyclable. À l’inverse, il arrive que des matières recyclables se retrouvent à la poubelle. Pour démêler le tout et outiller ses citoyens, la MRC de L’Assomption, en collaboration avec ses municipalités, dévoile la campagne de sensibilisation On se le demande tous !

« Les citoyens n’en sont plus à se demander si une boîte de carton ou une bouteille de plastique se recyclent. Mais il reste des questions que nous nous posons tous, d’où le thème de la campagne, qui se veut inclusif, pratique et pas moralisateur du tout », explique la directrice de l’environnement de la MRC de L’Assomption, Nadine Gosselin.

Ces questions, en voici quelques-unes : la boîte de pizza souillée, se récupère-t-elle? Si oui, faut-il la plier? Les contenants sales : doit-on les rincer? Que faire des pots de yogourt individuels, du sac de spaghetti et du vieux chaudron en métal?

Pour partager les réponses à ces interrogations justifiées, des affiches éducatives seront apposées dans les lieux publics, un dépliant aide-mémoire sera distribué et une campagne d’information prendra place sur les médias sociaux des municipalités. Cette campagne est rendue possible grâce au financement de Tricentris.

Côté bac brun

Comme certaines municipalités ont implanté la collecte des matières organiques ou le feront sous peu, un volet de la campagne est aussi dédié au bac brun. D’autres questions qu’on se pose tous : les coquilles de moules, les os et restes de viande, la terre à jardin et la litière du chat, dans le bac brun ou non?

Pour suivre la campagne On se le demande tous :
Pour connaitre toutes les matières qui vont dans le bac :

http://www.tricentris.com/les-matieres/

Humaniser le tri des matières recyclables

Vous êtes-vous déjà demandé ce qu’il advenait du contenu de votre bac de récupération ? Bien qu’une partie du centre de tri soit automatisée, toutes les matières passent d’abord par les mains des trieurs. Il est vrai que les sacs de plastique sont saisis par d’imposants aspirateurs, mais les trieurs manipulent les autres matières. Toutes les autres matières. Cet aspect représente une nouvelle perspective pour toute personne qui se questionne avant de déposer une matière dans son bac de récupération. Mettre dans le bac une matière non recyclable peut être incommodant pour les trieurs, mais peut également aller jusqu’à mettre leur santé en danger.

Des accidents évitables

Alors que les peintures, huiles, solvants, batteries de voiture et contenants sous pression devraient se retrouver à l’écoparc, leur présence au centre de tri est signe de potentiel danger. Ces produits sont appelés résidus domestiques dangereux (RDD) et sont efficacement récupérés à l’écoparc de la MRC de L’Assomption.

« Les RDD sont des produits chimiques disponibles en vente libre. Vous pouvez imaginer le mélange explosif que peuvent entraîner des acides, des bases et des oxydants dans des équipements de tri. Les risques sont nombreux, comme les brûlures et blessures corporelles importantes pour les trieurs. » spécifie la contremaître de l’Écoparc de L’Assomption, Johanne Salesse.

La méthode la plus sécuritaire et écologique de disposer des produits chimiques est donc de les apporter à l’écoparc. Les déchets biomédicaux tels que les seringues représentent également un danger pour les trieurs. Ils doivent être apportés à un point de chute sécuritaire tel que la pharmacie.

Saison de la chasse

Si l’automne rime avec la saison de la chasse pour plusieurs, dans les centres de tri qui couvrent les régions fréquentées par les chasseurs, ce n’est pas synonyme de plaisir en forêt. À défaut de savoir où mettre la tête ou même la carcasse entière d’un animal, les chasseurs les déposent parfois… dans le bac de récupération. Vous pouvez imaginer l’état de cette matière une fois arrivée au centre de tri. Il en est de même pour les autres matières incongrues qui se retrouvent à tort au centre de tri telles que les couches souillées. Dans ces cas, les matières ne sont pas dangereuses pour le trieur, mais elles sont fortement incommodantes.

« Il faut garder en tête que tout ce que nous déposons dans notre bac passera entre les mains et sous le nez des trieurs. Ils doivent manipuler les matières recyclables, mais également celles qui ne le sont pas pour envoyer ces dernières au site d’enfouissement. Une tâche parfois dangereuse ou peu ragoutante qui peut être évitée grâce à la collaboration des citoyens. » mentionne Myriam Forget-Charland, responsable des communications chez Tricentris, qui dessert la MRC de L’Assomption et soutien financièrement la campagne On se le demande tous.

Les matières recyclables demeurent le plastique, le verre, le métal, le papier et le carton contenus dans les contenants, emballages et imprimés. Le reste doit être envoyé au bac brun, à l’écoparc, au centre de dons ou ultimement à la poubelle lors qu’elle n’est pas valorisable.

Que doit-on apporter à l’écoparc?

Moins connu que le centre de tri et le site de compostage, l’écoparc est un lieu important de la chaîne de valorisation des matières résiduelles. Si la plupart des citoyens se doutent que c’est l’endroit où apporter les résidus de construction, plusieurs seront surpris d’apprendre que nous pouvons également y déposer résidus domestiques dangereux (RDD), encombrants ou encore une télévision inutilisable. Ce qui ne va pas dans le bac de récupération, dans le bac à compost ou est trop gros ou trop dangereux pour entrer dans une poubelle : direction écoparc!

Réduire le danger au centre de tri

L’écoparc est l’endroit le plus sécuritaire pour apporter tous les résidus domestiques dangereux (RDD). Dans cette catégorie se retrouvent la peinture, les solvants, produits nettoyants et tout autres produits domestiques sur lesquels est apposé le logo explosif, inflammable, toxique ou corrosif.

Déposer ces matières dans le bac de recyclage peut avoir de lourdes conséquences pour les trieurs au centre de tri. Le mélange des produits à base d’acide, de base ou d’engrais représente un cocktail explosif pour ceux qui trient les matières. L’écoparc est l’endroit tout indiqué pour les recueillir.

« Nous testons, classons puis regroupons dans des barils les produits selon leur composition. Ils sont ensuite envoyés à une entreprise qui les détruit de façon sécuritaire et écologique. Il s’agit de la meilleure méthode pour traiter ces matières » souligne la contremaîtresse de l’écoparc de la MRC de L’Assomption, Johanne Salesse.

Récupérer efficacement les matières

L’écoparc permet donc d’offrir un lieu de sécuritaire pour le dépôt des matières. Il offre également un autre avantage non négligeable : recycler les matières encore valorisables.

Ainsi, en ce qui concerne le béton, une matière sèche, il est envoyé à des carrières pour être concassé et réutilisé. Le bois est remis à EBI, qui gère les matières de l’écoparc, pour être déchiqueté puis composté. Le bois sert également de carburant pour chauffer les serres qui produisent du gaz naturel.

Le métal est quant à lui vendu, les résidus verts sont compostés et la terre est récupérée, tamisée et utilisée en agriculture. Les produits électroniques, qui contiennent souvent une haute teneur en mercure et autres métaux lourds, sont défaits en morceaux, puis valorisés par l’Association pour le recyclage des produits électroniques (ARPE).

Au cœur de la chaîne de valorisation

L’écoparc, aussi appelé écocentre dans d’autres régions, a un rôle important dans la récupération et le recyclage des matières. « L’écoparc fait partie de la chaîne de valorisation des matières, au même titre que la collecte sélective et la collecte des matières organiques. » soutient Johanne Salesse.

L’Écoparc de L’Assomption, peut recevoir plus de matières, provenant de tous les citoyens de la MRC. Il s’agit d’un service gratuit. Pour connaître les heures d’ouverture et la liste détaillée des produits acceptés, consultez le site de la MRC de L’Assomption au www.mrclassomption.qc.ca/ecoparc

Réduction des déchêts

Avez-vous entendu parler du « zéro déchet » ? Ce mouvement, dont l’objectif est de réduire les matières envoyées à la poubelle, gagne en popularité. Une idée saugrenue? Pas du tout : partout à travers le monde, de plus en plus de citoyens adoptent ce mode de vie. Avec la multiplication des livres, des blogues, des conférences et même un tout premier festival au Québec en 2017, le zéro déchet a le vent dans les voiles. À Montréal et ailleurs au Québec, les épiceries en vrac poussent comme des champignons. Portrait d’un phénomène grandissant, qui n’est pas destiné à demeurer exclusivement urbain!

La réduction à la source

Le mouvement zéro déchet s’inscrit dans un désir de réduire la quantité de matières envoyées à l’enfouissement. Entreprendre une démarche zéro déchet signifie de modifier certaines habitudes pour réduire l’emballage et les objets à usage unique. Nous avons demandé à Cindy Trottier, auteure du blogue Tendance Radis et instigatrice du Circuit Zéro Déchet de nous partager quelques trucs :

  1. Achetez en gros et partager avec les membres de la famille, les amis ou les collègues.
  2. Cuisinez avec des aliments de base pour éviter le suremballage de produits transformés.
  3. Les fruits et légumes se trouvent facilement sans emballage, apportez simplement vos sacs ou filets.
  4. Adhérez à un panier de légumes biologiques d’un fermier de famille.
  5. Pratiquez l’autocueillette avec vos propres sacs ou contenants.
  6. Trimbalez un petit kit de sortie léger (tasse de transport pour le café, bouteille d’eau, fourchette ou cuillère, un petit linge à vaisselle).
  7. Refusez les produits jetables (pailles, ustensiles plastiques, verres de styromousse).
  8. Refusez la publicité postale en l’indiquant sur votre boite aux lettres ou en téléphonant à Publisac. Saviez-vous que si chaque habitant refusait la publicité postale, c'est 49 kg de matières par personne qui seraient évités?
  9. Redécouvrez les produits de base pour l'entretien de la maison (vinaigre et bicarbonate de soude, savon à vaisselle dilué pour faire tout le reste).
Limiter les déchets hors de chez soi

Il est souvent plus facile de changer ses habitudes à la maison qu’à l’extérieur, mais de plus en plus de commerces font partie du Circuit Zéro déchet, c’est-à-dire qu’ils acceptent de servir les clients qui apportent leurs propres contenants. Sandwich pour apporter, café fraichement moulu, bar à olives ou sushis, vous pourriez être surpris de l’ouverture des commerçants!

Laure Caillot, conférencière zéro déchet, l’a remarqué plus d’une fois « On pense parfois qu’on se fera juger en apportant nos propres contenants ou sacs. Pourtant, si j'avais su plus tôt que c'était aussi simple et que j'aurais un tel accueil positif de la part des commerçants, j'aurais commencé ce geste bien avant ! »

Zéro culpabilisation

Pour la coorganisatrice du Festival zéro déchet, Florence-Léa Siry, il faut surtout y prendre plaisir sans culpabiliser « Si vous faites votre café à la maison et que vous le mettez dans une tasse réutilisable, vous faites déjà un geste zéro déchet. Le but, c’est de tendre vers l’objectif zéro, mais en valorisant les petits gestes et en vous poussant encore plus loin en vous offrant d’autres solutions. »

La blogueuse chez Lauraki – Maman zéro déchet, Laure Caillot, est du même avis : « Tendre vers le zéro déchet, ce n'est pas une compétition à savoir qui aura le plus petit sac à ordures. C'est surtout accepter que l'on peut changer notre mode de vie un geste à la fois, un déchet en moins, et surtout en écoutant son propre rythme ».

Prêts à relever le défi?

Partagez 

Abonnez-vous à notre infolettre

Suivez-nous

Bulletin municipal

Nous joindre

 

Ville de Charlemagne 2018 © Tous droits réservés / Propulsé par creaWEB4 - Création site Internet - iClic.com